Mes sauvageons, Causette et Gribouille, étaient partis en vadrouille au bord du canal et m'avaient rapporté leur rencontre.

Les voici gambadant le long de la berge du canal et s'éloignant de plus en plus de la maison. Les chats vont loin, très loin parfois.

Ils rencontrèrent, assis sur une borne un très très vieux monsieur triste, et ils entamèrent la conversation.

- Tu attends quoi, Monsieur ?

- J'attends que le temps passe, pour voir "le temps passé"

- Pourquoi, tu attends que le temps passe pour voir le temps passer ? demande Causette

- Parce que j'aime voir "le temps passé", repasser.

- Mais le temps passé ne revient pas, il ne repassera plus, lui répond Gribouille.

- J'attends quand même que le temps passe, et comme il fait beau temps, j'ai tout mon temps.

- Ne perds pas ton temps à attendre que le temps passe, Monsieur, viens avec nous.

- Non, je reste. Restez avec moi et vous verrez "Le temps passé".

- On veut bien, monsieur, mais si le temps est trop long, on ne restera pas longtemps.

Ils entendirent tout à coup des clapotis sur le canal et tournèrent la tête.

 

Ils virent alors "LE TEMPS PASSE".

 

  

289838701

 

 Les sauvageons n'en croyaient pas leurs pattes.

 - Il avait raison le monsieur, dit Causette. On a attendu et on a vu passer "le temps passé."

 - Il faut laisser le temps au temps, répondit Gribouille.

 

Et ils repartirent l'un derrière l'autre, méditant sur le temps qui passe.